DANS LES COULISSES DE

DANS LES COULISSES DE MAISONNEE

8 juillet 2014

Il y a un bout de temps maintenant, nous avions glissé des bougeoirs (ceux sur la photo juste là-haut) dans notre liste de Jolies Choses. Nous avions découvert les charmantes créations d’Audrey à travers un communiqué de presse. 
Maisonnée. Voilà la maison d’édition d’objets d’intérieurs d’Audrey. Des objets made in France, aux lignes épurées pour enchanter notre quotidien. Du gobelet, au miroir, en passant par l’horloge, Maisonnée s’intègre parfaitement à notre Home sweet home et apporte une touche ludique à notre routine. 
Nous avons été rendre visite à Audrey, dans son joli appartement (qui fait aussi office d’atelier) pour y découvrir son univers et lui poser quelques questions. Nous ne pouvions certainement pas nous contenter du « simple » communiqué de presse.
 Si tu devais présenter Maisonnée en une phrase ? 
Je commencerais par parler d’objets pour la maison, pour l’humain, d’objets nobles et pérennes qui cherchent à véhiculer une émotion, une histoire, notre histoire, au travers de savoirs-faire artisanaux et industriels.

 Comment est né Maisonnée ? 
De l’ambition de faire un design aimable qui porte attention à l’ambiant. En effet nos achats sont marqueurs de nos choix de société. Je voulais que lorsque l’on achète un produit Maisonnée, on s’offre un bel objet, d’une grande qualité, dans un bel écrin, au dessin singulier. Tout en sachant que les personnes ayant pris soin de son élaboration et de sa fabrication ont été payées en conséquence, avec une sécurité sociale, avec des écoles pour leurs enfants, avec des congés payés (…). Beaucoup de ce pour quoi le peuple français est porteur d’espoir depuis plusieurs siècles, beaucoup de valeurs qui font de notre pays un joli pays, riche de son savoir-faire et de ses volontés humanistes. 
M’inscrire dans cette volonté, mais aussi plus égoïstement pour ce besoin d’édition, de fabrication, de rencontres, d’échanges ; être le compositeur de la partition qui est jouée au sein d’une usine, c’est un bonheur que j’ai voulu entreprendre.

 Quelles sont tes sources d’inspiration dans la création de nouvelles pièces ?
Je crois qu’il n’y a pas de source particulière, un designer apprend à être une éponge. Non qu’il se transforme véritablement en objet lui même, il ingère l’ambiant naturellement. Aussi c’est la culture de chaque créatif qui alimente ses créations, mais aussi notre environnement social, culturel, des choses qui nous percutent sans qu’on ne le réalise forcément. 
Personnellement, j’ai une culture très portée sur l’image cinématographique, je suis très admirative du travail de Terry Gilliam. J’aime particulièrement les films interrogeant notre futur. J’ai une fascination pour le monde animalier dans son organisation, dans ses langages(…) l’émission de Jean Claude Ameisen sur France inter est un doux nectar pour moi. Cela est une part de la culture qui nourrit mes dessins.

 Ton objet Maisonnée fétiche ? 
Ils s’en disputent tous la place, et l’obtiennent tour à tour lorsque se pose sur eux mon regard. Chacun raconte une histoire différente, une première fois, une rencontre, ils sont pour moi au delà d’un objet, ils sont des morceaux de vie, d’échange. 

△ THE designer que tu admires plus que tout ? 
Je n’admire pas un designer en particulier. Mais comme on aime un chanteur puis s’en lasse par une trop grande écoute, mes coups de coeur se changent en d’autres régulièrement. Mais je dois avouer que je voue un culte au mouvement Memphis, pour son engagement et ses résultats esthétiques, ainsi qu’au Droog Design, ils font tous deux partis de mes idoles de jeunesse. 

△ Ton appartement, tu le décores comment ?
Je reconnais ne pas avoir « décoré » mon appartement depuis bien longtemps. Ma « décoration » est la succession de besoins : d’un fond jaune, gris ou céladon pour un test photo, d’accrochage de prototypes pour vérifier qu’ils sont conformes à ce que je veux, de l’installation d’une verrerie pour en contempler la teinte… Il s’agit d’une accumulation de vie, plus que d’un dessin composant un ensemble de choses esthétisant le lieu. J’aime (à en voir l’état de mes murs) punaiser et clouer, mais cela est généralement posé au hasard, simplement. 

 Des projets fous à venir ? 
Fou je ne sais pas, mais le projet de simplement continuer.

 Rien à voir, mais nous sommes très gourmandes. Une bonne adresse à Paris à nous conseiller ? 
La pâtisserie Japonaise Aki, rue saint-Anne, un bonheur ! Brioche au curry, gâteau à la pâte de haricot rouge, éclair au Yuzu…

Pour en savoir plus : http://www.maisonnee.fr/

 

En ce qui nous concerne, le miroir lapin Auguste nous fait de l’œil, cela devient même presque gênant ;-) Et vous, quelle pièce vous fait craquer ?

E&C

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply